Les rapports sociaux de sexes
Au-delà de la définition de deux pôles distincts, le Genre, système sexué de bicatégorisation des hommes et des femmes, articule les différences en les hiérarchisant. Généralement les rôles et les valeurs affectés au "masculin" sont considérés comme supérieurs à ceux affectés au "féminin".
Dans tous les cas, loin de traduire des invariants naturels, ce système structure deux sphères distinctes auxquelles sont associées des qualités distinctes dont découleront des positionnement sociaux clairement séparés.
Cette
valeur différentielle des sexes produit donc des inégalités (souvent au détriment des femmes) et des discriminations directes ou indirectes qui empêchent l’égalité entre les hommes et les femmes.

De même que la "subordination" des femmes est un construit social partagé par les hommes et les femmes, la domination émane des rapports qui se sont institués.

Face à ce constat, diverses stratégies concrètes ou théoriques sont mobilisées. Elles s'appuient sur:

La
mixité, qui définit la présence de l’un et de l’autre groupe.

La parité une représentation équilibrée de l’un et de l’autre groupe, une réalité statistique.

L’égalité, un changement social qui vise à produire la fin des inégalités par la déconstruction des rapports sociaux de sexes.
C'est un enjeu de liberté individuelle.
C'est aussi un enjeu social, collectif : économique et démocratique.