ACCOMPAGNEMENTS BAIE 2006


28 femmes, agées de 36 ans en moyenne, ont bénéficié du BAIE.

Niveau de qualification :
3 personnes, niveau VI
13 personnes, niveau V
7 personnes, niveau IV
2 personnes, niveau III
2 personnes, niveau II
1 personne, niveau I

Qualification :

· Sans qualification : 6 personnes d'origine étrangère sont sans qualification car ayant immigré en cours de scolarisation.
·
Qualification « non professionnalisante » (5) : Psychologie (DEUG), sociologie (Licence), concours.
·
Formation qualifiante, mais emplois saturés : Secrétariat/Bureautique (5), Petite enfance(1), Coiffure(2), Auxiliaire de vie (2).
·
Autres : Visiteur médical, vente, animation, toilettage, micro mécanique :
---
Formations initiales « insatisfaisantes », volonté de changer d’orientation (micro mécanique et visiteur médical)
--- Formation insuffisante pour un emploi durable (type BAFA pour l’animation)
--- Formation existante mais absence d’expérience en France (Vente).
--- Formation qualifiante mais pratique lointaine (Toilettage).


Il a été possible, dans tous ces cas, de travailler, avec les personnes, à l’élargissement de leurs choix professionnels.

Analyse des écarts entre les formations initiales (qualifications) et secteurs d’activités :

· Pour une bonne moitié des demandeuses d’emploi suivies en BAIE (14), elles ont exercé des métiers pour lesquels elles étaient initialement formées (leurs premières expériences professionnelles étaient directement en lien avec leurs qualifications.)
· Les personnes sans qualification ont eu des expériences dans le secteur agricole (2), de l’entretien (3), de la vente (1), sanitaire et social (2).
· Absence de relation entre les qualifications et les secteurs d’activités pour les personnes ayant des formations peu professionnalisantes ou des formations débouchant sur des emplois saturés.
Sociologie .......>Commerce
Secrétariat ......> Vente
Psychologie ....> Restauration
Secrétariat .......> Restauration
Psychologie .....> Bureautique
Secrétariat .....> Ménage
Coiffure ........> Sécurité


Elargissement spontané dans le parcours professionnel :

· Sécurité : 1 personne

Projets Professionnels de départ :
· Traditionnellement féminin : 15 personnes
· Traditionnellement masculin : 1 personne.
· Reprise d’entreprise : 1, Neutre : 2 (moniteur et professeur)
· Souhait de réorientation large, priorité et nécessité d’emploi en tout genre : 8.

Spontanément, les femmes expriment un souhait de travailler dans des secteurs traditionnellement "féminins". La méconnaissance des emplois et des possibilités de se former les conduisent à des idées d’orientation très « conventionnelles ». De plus, dans bien des cas, on s’aperçoit que leur priorités sont financières. Si peu que les métiers traditionnellement "masculins" soient présentés et explicités, ils suscitent un certain intérêt.
Exemple : Dans le transport, la logistique, la taille de pierre, l’entretien des espaces verts, le second œuvre (peinture, menuiserie d’agencement, plaquo plâtre …).


Les freins repérés dans l'accompagnement spécifique du BAIE

· L’orientation inadaptée des personnes:
¾ des personnes reçues en BAIE ont des projets clairs et constitués.
1. Si le projet en question est réaliste et réalisable, l’élargissement n’a pas d’intérêt.
2. Si le projet présente une difficulté de réalisation (emplois saturés, manque de qualification…), l’élargissement a tout son intérêt.

·
La durée d’accompagnement.
Il est difficile de définir des intérêts et de les consolider (grâce à une explicitation des métiers, une recherche des points forts) en peu de temps.
Faire le bilan des compétences, des possibilités de transfert de compétences ou de savoirs, faire l’inventaire des intérêts est nécessairement long. Les personnes viennent chercher, en BAIE, des réponses et des solutions rapides, mais faire naître des projets d'élargissement et les réaliser prend du temps.

Ce temps est, en définitive, le frein le plus important à l’élargissement des choix professionnels.


Les arguments moteurs à l'élargissement des choix professionnels

- Usure et lassitude des recherches d’emploi dans les secteurs très prisés et saturés.
- Valorisation sociale grâce à la possibilité de formation et de professionnalisation.
- Indépendance
- Possibilité de qualification pour les personnes qui n’en ont pas.
- Ouverture à de nouveaux secteurs d’activités et découverte des métiers.